« Faces of Haiti » s’installe au pays !

Home / News / « Faces of Haiti » s’installe au pays !
« Faces of Haiti » s’installe au pays !

« Faces of Haiti » s’installe au pays !

Après avoir sillonné près de quatre continents, « Faces of Haiti », l’exposition de photographies initiée par Samuel Daméus dépose ses bagages dans son alma mater. Le 13 décembre 2018, La Réserve se fera hôte de ce grand événement visant à proposer une autre facette du pays au moyen d’images positives. À l’occasion, photographes seniors et émergeants se feront un plaisir fou à nous exposer leurs plus belles prises d’Haïti, captées un peu partout sur la partie ouest de l’île.
Qui ne risque rien n’a rien. Le photographe Samuel Daméus l’a compris et cela a porté fruit. Le 13 décembre prochain, il va sceller la dernière phase de son projet de cœur par une grande exposition et fera d’une pierre deux coups. L’ancien étudiant de Fotomatik en profitera pour lancer le mouvement « Faces of Haiti ». D’une initiative personnelle, « Faces of Haiti » sera donc désormais une affaire de tout le monde. Un label qui regroupera officiellement les 15 autres photographes de l’exposition (et tout autre artiste souhaitant promouvoir le pays) dont Rafaelle Castera, Henri Cayard, Frederick Alexis, Maxime Laroche, Conrad Schutt, Verdy Verna, René Durocher, Hugues Robert Marsan, Jameson Thermitus, Anderson Gustave, Mozart Louis, Samuel Laméry, Yves Marie E., Samuel Mozard, Jonathan Dave, et bien sûr Samuel Daméus.

« Après une tournée de près de deux ans, partant de Miami, Haïti hébergera la phase ultime de l’événement, car Faces of Haiti va se muter en mouvement. Parce qu’après tout ce temps, j’estime que le moment est venu d’intégrer d’autres photographes. C’est ce qui explique le fait que j’ai invité d’autres confrères à venir exposer avec moi. Un tournant qui marquera le passage d’un projet personnel à un mouvement collectif », explique le licencié en communication sociale de la Faculté des sciences humaines.

15 photographes triés sur le volet, équipés de leurs plus belles prises, exposeront aux côtés du père de « Faces of Haiti », vers la poursuite d’un objectif commun : découvrir Haïti à travers des clichés pas comme les autres. « Ce sont tous des photographes réputés pour leur travail extraordinaire dans la promotion du pays. Ils viennent d’un peu partout d’Haïti. L’idée c’est de montrer que d’autres s’inscrivent aussi dans ce courant. Pour moi, c’est l’occasion idéale de les impliquer. De fait, quiconque d’entre eux pourra exposer sous le label de Faces of Haiti, y compris tout artiste évoluant dans le domaine de la musique, la littérature, entre autres, ayant adhéré à notre cause. Ce n’est plus Samuel Daméus, c’est une affaire de tout le monde », indique M. Daméus qui amène pour la première fois son bébé au pays natal.

« Je ne prétend pas exclure les autres photographes. Je reconnais qu’il existe en Haïti beaucoup d’autres photographes talentueux, sauf qu’ils ne s’inscrivent pas dans cette lignée. Ce sont par exemple des photographes de mode, d’événements (comme les mariages) ou encore des photojournalistes qui n’évoluent pas vraiment en tant que paysagistes. Faces of Haiti constitue plutôt un bouquet de photographes proposant des photos visant à valoriser Haïti », poursuit le spécialiste en communication d’entreprise.

Si ces 16 photographes sont qualifiés d’office, Samuel Daméus a néanmoins offert la possibilité à d’autres collègues de participer à ce gala d’images. Ces derniers n’avaient qu’à poster des photos accompagnées de l’hashtag #facesofhaitidiscovery. Cinq d’entre elles ont été sélectionnées par un jury de cinq membres composé de Fabiola Coupet, Gaëlle Alexis, Tara Alexandre, Carel Pèdre et Sébastien Narcisse. Au public maintenant de décider qui de ces finalistes exposeront à La Réserve en votant sur la page Instagram de Barbancourt @barbancourthaiti. « Un like en dessous de la photo de votre choix. Aussi simple que cela », explique l’initiateur.

Derrière cette exposition de photos se cache par ailleurs un Samuel Daméus désirant s’impliquer davantage dans le développement de son alma mater. Avec « Faces of Haiti », il avance un pion et tient à inciter d’autres jeunes à faire pareil. « Permettre l’implication directe de tout jeune talentueux de n’importe quel domaine souhaitant valoriser Haïti, tout en facilitant la transition entre le projet personnel et le mouvement. Utiliser cet évènement comme un pont pouvant relier ce mouvement à la Fondation Pou Bèl Ayiti. Sensibiliser les communautés sur d’autres sujets sociaux capables de faciliter également le développement d’autres zones du pays, tout en stimulant le volontariat chez les jeunes », énumère le photographe.

Confiant en la jeunesse haïtienne, le Capois invite les jeunes à cultiver l’esprit d’initiative, à s’impliquer davantage dans la cause d’Haïti. « À chacun sa façon de s’impliquer. Les jeunes doivent définitivement comprendre qu’ils ne constituent pas l’avenir mais plutôt le présent d’Haïti. Il leur revient alors de travailler afin de lui assurer un futur. Ainsi, l’implication de cette jeunesse doit être active. Celle-ci doit s’attacher à des visions, des missions spécifiques, lesquelles vont nous permettre de créer cette Haïti dont on rêve tant dans 10 ans, 20 ans ou 25 ans », propose l’initiateur de cette exposition qui a porté la première République noire du monde un peu partout à travers le monde.

Entre la pérennisation d’un rêve, d’une mission, Samuel Daméus propose à travers le mouvement « Faces of Haiti », une nouvelle alternative à ses collègues photographes et à chaque jeune Haïtien, en les incitant à agir dans l’immédiat, à oser. « Jèn yo se jodi peyi », rappelle-t-il encore une fois.

Auteur; Sindy Ducrépin / Ticket Magazine

Leave a Reply

Your email address will not be published.